Elles sont le future du coaching, rencontres

futures coach

En France la part des femmes coach de golf représente moins de 10%.

En cette journée du 8 mars, nous voulions mettre à l’honneur cette future génération de femmes techniciennes du jeu de golf, nos futures coach.

Le chemin ne sera pas un long fleuve tranquille, mais nous avons besoin de ces rôles modèles féminins, pour inspirer d’autres filles à suivre leur chemin. Elles vont également offrir une autre vision du coaching et créer d’avantage de diversité dans ce secteur beaucoup trop masculin.

Quel est ton plus beau souvenir de golf lorsque tu étais enfant ?

Charlotte: Ma sélection et entrée en pôle espoir, ce qui a été déterminant pour démarré de nouvelles ambitions pour moi dans l’univers du golf.

Jil: La première fois où mon père m’a fait découvrir le golf, le jeu et le cadre.

Laurine: Lorsque je partais enfant en tournoi avec mes copains/copines et notre entraîneur.

Chloé: Faire des compétitions de golf dans mon équipe féminine.

Nada: La première balle que j’ai tapé a décollé, un moment inoubliable.

Aurélia: Lorsque j’ai remporté les championnats de France par équipe U12

Quand a été le déclic pour toi de passer enseignante de golf ?

Charlotte: Après ma 1ère année sur le circuit professionnel (Let access) ainsi que sur la participation en Pro-Am. J’ai choisi de me diriger vers l’enseignement, pour me permettre de mieux me connaître et de pouvoir partager ma passion, mon expérience avec le plus de clés possibles.

Jil: Être ASBC pour encadrer les enfants et vouloir partager et transmettre davantage.

Laurine: Avant j’étais fitteuse en indoor, au travers de cette expérience j’ai compris que j’avais besoin d’être en extérieur qu’il pleuve ou qu’il vente. J’ai un Bafa, une licence Staps en Entraînement Sportif, c’est la preuve que ma vocation est de transmettre ce que je sais et ma passion. J’ai besoin de me sentir utile pour les autres dans mon domaine de compétence.

Chloé: En 2022 quand j’ai amené une amie sur un practice et que je lui ai appris à taper des balles.

Nada: c’était lorsque j’ai réalisé que ma passion pour le golf dépassait mon intérêt pour le commerce. J’ai été attiré par l’idée de garder le contact avec les clients et de profiter de la nature tout en exerçant mon métier.

Aurélia: J’ai voulu être enseignante il y a maintenant quelques années, mon but est de partager mon expérience en tant que joueuse et de voir le sourire de chaque joueur ou joueuse à la fin d’une séance de golf.

Pourquoi selon toi il n’y a pas assez de coach féminines en France ?

Charlotte: c’est un métier en extérieur, et l’hiver il peut être compliqué de travailler dehors. Aussi parce que pour une vie de famille, ne pas avoir ses week-ends peut être compliqué.

Jil: Le golf féminin n’est pas assez démocratisé.

Laurine: Je pense qu’il y a un manque de confiance et d’estime envers les femmes. Pour certaines personnes un bon enseignant c’est quelqu’un qui a un gros héritage sportif, qui a fait du haut niveau. Alors que pas du tout, de nombreuses femmes ne se sente pas légitime d’avoir le statut de coach, à cause de cette croyance limitante. J’ai été dans cas de figure, maintenant je suis convaincues de mes forces en tant que passionnée de golf, de pédagogue, et de joueuse à un chiffre.

Chloé: Parce que c’est resté un sport de garçon pendant de nombreuses années.

Nada: Le manque de joueuses féminines.

Aurélia: De base il y a peu de femmes qui jouent au golf. Je trouve aussi que certaines personnes ont du mal à faire confiance aux femmes, ils n’aiment pas forcément être aidés donc ça donne pas forcément envie aux femmes de devenir coach.

C’est quoi ton rêve dans le golf ?

Charlotte: Mon rêve dans le golf depuis toujours est de gagner l’Evian Masters lorsque je jouais sur le circuit. Peut être qu’en tant qu’enseignante je réussirai à emmener une joueuse vers ce rêve ultime.

Jil: Reprendre un golf et monter une structure.

Laurine: Mon rêve serait d’ouvrir mon Académie de golf. Je souhaiterais faire évoluer les jeunes sans qu’ils ou elles n’aient besoin d’aller en Fac américaine.

Chloé: D’exceller et d’aider les futur(e)s joueurs(euses) à aimer le golf.

Nada: Développer le Golf féminin dans mon Club.

Aurélia: De rendre heureuse chaque personne qui vient me voir en cours.

Quelle est ta joueuse pro préférée et pourquoi ?

Charlotte: Paula Creamer, car toute petite c’était celle que l’on remarquait le plus, de part son charisme et son élégance.

Jil: J’ai deux joueuses préférées: Paula Creamer et Michelle Wie pour leur swing et leur attitude.

Laurine: Ma joueuse favorite c’est Nelly Korda! Pour moi sa mentalité est complètement saine et juste, et ses qualités techniques font d’elle une joueuse très complète.

Nelly Korda: Nelly Korda, car elle a un swing fluide.

Nada: Céline Boutier parce que c’est un exemple pour le golf et le sport féminin en général.

Aurélia: Nelly Korda, car elle est forte dans chaque compartiment du jeu et elle a un comportement exemplaire sur le parcours.

Qu’est-ce que tu aimerais dire à la petite fille que tu étais lorsqu’elle jouait au golf ?

Charlotte: Continue de t’amuser et écoute que toi, ton innocence fera ta force.
De prendre du plaisir à jouer et de se faire confiance

Jil: De prendre du plaisir à jouer et de se faire confiance.

Laurine: Il n’y a pas d’échec, que l’on apprend en testant. Elle aura toujours le mérite de tester. La confiance et l’écoute de soi évolue avec le temps et qu’il faut rester persévérante. Tout ce qui lui arrivera ce sera grâce aux choses qu’elle mettra en place.

Chloé: Ne te sous-estime jamais.

Nada: Amuse toi!

Aurélia: N’abandonnes jamais et crois toujours en toi.

Qu’est ce que tu aimerais dire aux filles qui hésiteraient à passer le cap pour devenir enseignante ?

Charlotte: Essaye, ça ne peut que t’aider sur ta compréhension du jeu. Si tu aimes les gens, fonce! Ça aide beaucoup sur la confiance en soi, avec l’apport que l’on peut avoir au sein d’un club et auprès d’élèves.

Jil: C’est une autre façon d’aborder le jeu et c’est humainement très riche en enseignant à tout type de public.

Laurine:  Il faut foncer, on ne pourra jamais plaire à tout le monde. Mais si vous êtes passionnées par ce domaine et que vous êtes sociable allez y. Etre enseignante c’est aussi ce créer un réseau et partager de très bons moments autour du sport.

Chloé:  Lancez vous !

Nada: Il est important de s’accrocher et d’avoir plus de patience lorsque vous faites face à des défis ou des obstacles dans la vie. Cela peut vous aider à surmonter les difficultés et à atteindre vos objectifs à long terme. Pour moi, dans ce métier, il y a aucune différence entre les hommes et les femmes, il y a un pied d’égalité parfait.

Aurélia: Foncez! C’est une expérience incroyable.

C’est quoi ta phrase qui te motive à performer sur le parcours ?

Charlotte: Si je vois, je peux ! (En rapport avec la visualisation)

Jil: Créer ta bulle de concentration et joue.

Laurine: Si je peux le rêver, c’est que je peux le faire.

Chloé: Fais-toi confiance

Nada: Détermination sur chaque coup tout en m’amusant

Aurélia: Il faut que j’éclate ce parcours !

 

Merci les filles et go go go!

Louise Croissant n’était pas disponible, mais bous pouvez la retrouver sur golfher.fr dans la rubrique partenaire>enseignantes.

GolfHER Officiel

GolfHER Officiel

L'équipe de spécialistes, à votre service pour vous proposer des articles exclusifs sur le golf féminin.

Partager cet article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email
Imprimer

Articles en relation

Kristel Mourgue d’Algue, héritière golfique

Femme d’affaire discrète que vous retrouverez néanmoins partout, Kristel cultive avec brio l’industrie du golf.
Sa famille a contribué au développement du golf en France, mais elle est la première femme de sa lignée à s’emparer du golf sur un large spectre avec cette volonté d’avoir une vision à 360°.
Nous avons le plaisir de vous présenter le portrait de Kristel Mourgue D’algue-Lawton.

Lire l'article

Leave a Reply

© 2024 Tous droits réservés - GolfHER

Made with love by GolfHER

0
    0
    Panier
    Votre panier est videRetourner à la boutique

    Se connecter