Nadia BADAOUI, Nutrigolf Pro c’est elle !

Nadia 1

Nadia Badaoui est arrivée dans l’univers du golf en 2018 et depuis elle a effectué un pivot professionnel afin de vivre de sa passion. Cette personnalité féminine oeuvre afin que les golfeuses et golfeurs puissent exploiter le plein potentiel grâce à la nutrition et la micronution. Un pilier de la performance qui n’est pas destinée qu’aux athlètes. 

Nadia peux-tu nous dire comment la passion du golf est arrivé dans ta vie ?

C’est en 2018, aux côtés d’un proche golfeur, que je tombe sous le charme de ce sport merveilleux. C’était la première fois que je marchais sur les fairways, j’ai tout de suite été marquée par le calme qui régnait, cela m’a beaucoup apaisée.
J’ai essayé de taper la balle, même si ce n’était pas facile je me suis quand même beaucoup amusée.
J’ai tellement aimé cette atmosphère que j’ai enchaîné les cours de golf et passé ma carte verte. Depuis, ma passion pour le golf ne fait que grandir.

Quel a été le déclic pour orienter ta carrière de pharmacienne vers l’industrie du golf et plus particulièrement l’accompagnement des golfeurs et golfeuses en nutrition ?

Cela s’est fait naturellement, car dans le cadre de ma profession de pharmacienne, je faisais déjà du suivi nutritionnel auprès des sportifs.

En commençant le golf, je me suis beaucoup investie, j’y allais 3 fois par semaine, je regardais les tournois de la PGA tous les week-ends, je lisais beaucoup de revues spécialisées golf.

C’est à force d’échanger avec d’autres golfeurs qui me questionnaient souvent sur quel type d’alimentation ils devaient suivre en tant que joueurs que je me suis interrogée. J’ai commencé à chercher les sujets golf et nutrition. J’ai réfléchi à ce sujet de manière intégrative : en faisant des recherches dans la littérature européenne et américaine, en exploitant mes connaissances en nutrition du sport et en micronutrition et surtout en gardant à l’esprit que santé et performance sont indissociables. 

C’est de tout ce travail que mon livre est né en avril 2021 “ Alimentation et micronutrition du golfeur” (édition Solar).

C’est un véritable outil pour créer le contact avec le public des golfeurs, mais le suivi que je mets en place avec mes joueurs est une approche très personnalisée.

Tu accompagnes des joueurs professionnels, quel est le schisme entre une joueuse amatrice et une pro dans l’alimentation ?

La grosse différence réside dans la durée de la performance. L’amatrice voudra performer l’instant d’une partie tandis que la pro est sur une gestion de la performance sur une saison complète et à plus long terme.
Dans tous les cas j’attache beaucoup d’importance à ce que soit le moins contraignant et restrictif, il n’y a pas de calcul de calories par exemple. La joueuse doit s’approprier les améliorations proposées. Cela doit être fait progressivement et en restant à l’écoute afin de viser au plus près de ses besoins.

Si l’objectif de la joueuse est de mincir on la fera mincir mais le but est de définir ses propres objectifs et non d’entrer dans un standard. Par exemple, booster une prise de masse musculaire couplée à de la préparation physique et alimentaire. 

S’il y a une tendinite et/ou une blessure récurrente, je vais aller voir d’où cela vient. L’alimentation a un vrai rôle à jouer dans ces problématiques.
Pour les joueuses amatrices qui ont des ambitions sportives, elles suivront la même méthode que les athlètes de haut niveau.

Lors d'un évènement sportif, l'enjeu est d'alimenter notre banque énergétique tout en composant avec la dépense du jour.

Comment les femmes doivent-elles s’alimenter en fonction de leur état physiologique ou lorsqu’elles doivent préparer une performance ?

Nous changeons notre alimentation en fonction des échéances sportives c’est certain. Pour préparer une compétition, il faudra se constituer des réserves solides. Le jour J, l’enjeu sera d’alimenter cette banque énergétique tout en composant avec la dépense énergétique du jour.
Physiologiquement parlant nous sommes différentes des hommes.
Le syndrome prémenstruel peut être un vrai handicap pour certaines femmes. La fatigue, les ballonnements, le manque de force/puissance physique. À ce moment-là, nous allons agir en micronutrition et avoir recours à la phytothérapie entre autres pour réguler ces effets dévastateurs sur la performance. On sera par exemple attentif au niveau de fer dans l’organisme, qui peut être une source de fatigue pour la joueuse quand il n’est pas optimal.

La période de la ménopause peut aussi être accompagnée : la composition corporelle change avec une diminution de la masse maigre, une perte de densité osseuse, une diminution de certains neurotransmetteurs. La nutrition et la micronutrition ont là encore un grand rôle à jouer.

Avec mes clientes nous faisons un point physique et psychique. C’est cette vision globale de la joueuse qui permet d’établir un plan d’action nutritionnel non contraignant qui sera sur mesure en fonction de ses attentes.

Quel est ton meilleur souvenir golfique ?

La Ryder Cup 2018 c’était génial. C’est l’année où j’ai commencé le golf et là j’ai vu tous les champions de golf que je regardais à la télévision. J’avais des étoiles dans les yeux. Avec le public anglais qui mettait une ambiance de folie, c’était incroyable.

Ton parcours de golf préféré en France et à l’étranger ?

Je n’en ai pas beaucoup joué, mais pour le moment c’est Uriage mon golf de cœur. Il est court et accessible c’est le parcours de mes débuts golfiques, il me rassurait énormément.

Concernant l’étranger je planifiais de jouer en Irlande le Old Head Golf Links, mais avec la situation COVid cela a été reporté. C’est mon objectif futur ! J’adore l’Irlande, je connais bien ce pays, maintenant que je suis golfeuse cela devient indispensable de le connaître au travers de ses parcours mythiques.

Quel est le démon de tes parcours ?

Dès que je vois de l’eau, je panique ! La balle est attirée par l’eau en permanence. (rire)

L’objet le plus insolite dans ton sac de golf et son histoire ?

J’ai une petite fiole de whisky écossais qu’on m’a offert pour la sortie de mon livre. Je l’utilise traditionnellement lorsque je fais un birdie ! Elle est à peine entamée (rire)! Je n’en ai fait qu’un dans ma vie de golfeuse pour l’instant.

Ta dernière action féministe au golf ?

Rejoindre GolfHER, qui est un projet extrêmement ambitieux et juste. Nous sommes sensibilisées sur la condition des femmes dans le golf en général. Je n’avais pas conscience que nous étions si peu nombreuses. J’ai envie d’apporter ma contribution dans le développement du golf féminin.

Bravo Nadia et merci pour cet échange.

GolfHER Officiel

GolfHER Officiel

L'équipe de spécialistes, à votre service pour vous proposer des articles exclusifs sur le golf féminin.

Partager cet article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email
Imprimer

Articles en relation

Du score et des larmes

Le monde du golf est comme le reste de la société, un univers où l’expression des émotions peut être vue comme un aveu de faiblesse et risquerait de désacraliser l’image du sport.
Une image façonnée par plus de 2000 ans de patriarcat.

Lire l'article

Marlène ALLAIN, une volonté de fer

Marlène est une passionnée passionnante de golf ! Elle fait partie des “très” peu d’élues à posséder un golf en tant que femme : le Golf des Poursaudes dans les Ardennes, qu’elle le manage depuis 5 ans. Découvrez son portrait et son parcours inspirant.

Lire l'article

Laisser un commentaire

La communauté des femmes du monde du golf

Communauté

Se connecter