Camille, une nana pas comme les autres

camille lucas

Fondatrice de Nana de la com à 23 ans, une agence de communication spécialisée dans le golf et l’univers hippique; Camille propose une approche sur mesure pour mettre en place une stratégie 360 (communication, opérationnelle et évènementielle).

Comment le golf est arrivé dans ta vie ?

Il y a 10 ans, dans le cadre d’un stage lorsque j’étais au Lycée. C’était au Golf Parc Robert Hersant aux côtés de la directrice Véronique Briola, qui m’a fait découvrir l’univers professionnel du golf, j’ai été conquise.

J’ai continué mes études et dans le cadre de mon BTS communication, j’ai rejoint Véronique qui avait pris la direction du golf de la Vaucouleurs. Pendant 3 ans j’ai ressenti une véritable solidarité féminine avec elle.  Elle a été ma mentore, elle m’a faite évoluer et m’a fait confiance.

Dans le cadre de mon Master 2 événementiel/RP/sportif, j’ai rejoint l’entreprise évènementielle Versicolor Sports. Pendant ces deux ans je me suis créé un véritable réseau golfique.

Je voulais entrer dans une grande entreprise de golf. J’ai fait plusieurs entretiens et je me suis heurtée à un système de recrutement à rallonge, des tests, pour entendre en final de re recrutement «vous avez le profil, mais vous êtes trop jeune ».

Au moment du confinement, j’ai fait le point sur mes qualités et compétences, mon conjoint m’a beaucoup poussé à envisager l’entrepreneuriat.

Pour moi le virage numérique devait être une priorité pour les professionnels du monde du golf, de plus j’adore accompagner les professionnels dans cette démarche, me lancer dans ce domaine était donc une évidence: Nana de la com est né en 2020.

Je n'allais pas abandonner après une mauvaise expérience alors que j'en avais d'autres très concluantes.

Selon toi, pourquoi y a t-il si peu de femmes qui occupent des poste à responsabilité comme le tiens ?

Avec le recul, je me rends compte que le milieu de l’industrie du golf est masculin, très fermé. J’ai eu notamment une expérience avec un homme qui m’a fermé la porte et qui m’a fait comprendre qu’en tant que femme ce ne serait pas possible d’évoluer.

Cette expérience m’a vraiment dégouté et déçue, j’ai d’ailleurs voulu quitter ce milieu suite à cela.
Puis j’ai repris la main de mon destin, car le milieu golfique correspond à mes valeurs. Je n’allais quand même pas abandonner après une seule mauvaise expérience alors que j’en avais d’autres très concluantes.

Je pense qu’il y a peu de femmes, car nous sommes peu présentes au niveau sportif, moins de vocations se créés, moins d’opportunités se profilent. J’ai eu la chance de rencontrer une femme directrice, je pense que cela m’a inspiré, j’ai vu que c’était possible de diriger en tant que femme.

Quel est ton parcours préféré et pourquoi ?

Le golf D’Ormesson parce que je l’ai joué lorsque j’étais 54 d’index. À cette époque j’avais 6 mois de golf et mon ami me propose de faire la qualification du trophée Madame Figaro. On arrive au 17ème trou et le pro dit « si on continue comme cela les filles on peut aller en final », on a vécu les derniers trous comme la fin de notre vie (rire), et on a réussi quand même ! c’était ma premiere compétition. Le plus fou de l’histoire c’est donc que nous avons été qualifié pour jouer à Evian, la finale ! C’est un super souvenir !

L’objet le plus insolite dans ton sac ?

Je me suis rendu compte il y a peu que j’avais tout ce qu’il faut, quand il faut et cela toute l’année : de la chaufferette à la crème solaire ! Je garde tout, toute l’année ! D’ou le poids de mon sacs sûrement !

Le démon de tes parcours ?

Le démon « impatience », si je planifie quelque chose qui ne se passe pas comme je veux je m’énerve et je cogite.

Ta dernière action en faveur des femmes ?

Nana de la Com est en fin de compte, le point de départ de mes actions de féminisation dans le sport ; à l’époque rejoindre GolfHER a été une évidence, et c’est avec beaucoup de fierté et de bienveillance, que je poursuis le partenariat en 2023 via le programme Kickstarter pour aider les joueuses professionnelles à émerger.Mais la dernière en date est surement d’avoir trouvé une collaboratrice aussi passionnée que compétente. Sa détermination me fait écho, et j’ai aujourd’hui l’objectif de lui donner autant que j’ai pu recevoir à l’époque par Véronique.

Merci Camille pour cet échange et pour ton implication dans le développement du golf au féminin.

GolfHER Officiel

GolfHER Officiel

L'équipe de spécialistes, à votre service pour vous proposer des articles exclusifs sur le golf féminin.

Partager cet article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email
Imprimer

Articles en relation

Du score et des larmes

Le monde du golf est comme le reste de la société, un univers où l’expression des émotions peut être vue comme un aveu de faiblesse et risquerait de désacraliser l’image du sport.
Une image façonnée par plus de 2000 ans de patriarcat.

Lire l'article

Marlène ALLAIN, une volonté de fer

Marlène est une passionnée passionnante de golf ! Elle fait partie des “très” peu d’élues à posséder un golf en tant que femme : le Golf des Poursaudes dans les Ardennes, qu’elle le manage depuis 5 ans. Découvrez son portrait et son parcours inspirant.

Lire l'article

Laisser un commentaire

La communauté des femmes du monde du golf

Communauté

Se connecter